Pages

dimanche 1 juin 2008

2006 / 2008 - Isobel Campbell & Mark Lanegan - Ballad Of The Broken Seas / Sunday At Devil Dirt - Review - Chronique d'un duo en apensanteur






Tout d'abord, je voulais vous introduire à ce duo si vous ne le connaissiez déjà : a ma gauche Isobel Campbell, pourvue d'une voix fluette et enchanteresse, elle a fait partie du groupe pop/folk Belle & Sebastian de 1996 à 2002 avant d'entamer une carrière solo avec un premier opus Amorino en 2003 et Milk White Sheets en 2006, deux albums intimistes sur lesquels un univers folk/jazz élégant et délicat prédomine. A ma droite Mark Lanegan, bon je n'y vais pas par quatre chemins c'est tout simplement l'une des plus belle voix masculine de la scène musicale, charismatique et mystérieux au possible, ce "leader" possède une voix rauque réminiscente à celle de Tom Waits et de Johnny Cash. Ce bonhomme méconnu du grand public a été un proche de feu Kurt Cobain (Nirvana) avec lequel il a formé un groupe The Jury. Ensuite, il a été le frontman des cultissimes The Screaming Trees avant de rejoindre Queens of the Stone Age et The Gutter Twins tout en débutant, en parallèle dès 1990, une carrière solo sombre, décalée, proche du génie mais difficilement abordable pour tout un chacun, pour plus d'informations c'est ici.

Une rencontre lors d'un concert entre les deux artistes a permis de jeter les bases de cet album qui se revendique clairement des influences suivantes : le duo Lee Hazlewood/Nancy Sinatra et la pop des sixties, d'Ennio Moriconne, d'Hank Williams, de Tom Waits et du country alternatif en général. Pour tous ceux qui se disent mais pourquoi Mark Lanegan ne le fait-il pas tout seul cet album ? Et bien vous seriez étonné de prendre connaissance de l'information suivante : Isobel Campbell a fait tout le "sale" boulot (écriture, arrangements, une partie des instruments) et que la contribution de Mark Lanegan s'est limitée à donner de sa belle voix, de son interprétation ténébreuse, tourmentée et habitée, ce qui est déjà fantastique en soi.

Je voulais vous dire un mot (vain euphémisme de ma part...) sur leur premier opus sorti tout de même assez récemment en 2006. Le premier morceau Deus Ibi Est propose un folk quelque peu aride en forme d'introduction à cet opus, le premier artiste que l'on entend est Mark Lanegan toujours sobre et envoûtant mais Isobel intervient rapidement apportant une note plus légère et lumineuse à ce morceau. Avec Black Mountain, on s'attaque à du lourd : cette ballade sombre et mélancolique est un formidable écrin pour le mariage des deux voix. De même The False Husband avec son ambiance Tanrantinesque est formidable, un morceau à écouter d'urgence : sensuel, envoûtant, la température monte dangeureusement. Ballad Of The Broken Sea fait descendre la pression des deux fantastiques précédents morceaux. Ce morceau, sans être anecdotique, est une ballade piano/voix/guitare/corde plus légère, on se sent transporter sur un petit nuage. Revolver est une piste, à la fois sombre et aérienne, transcendée par un instrumental élégant proche des sonorités orientales, un autre must en quelque sorte mais de trop courte durée.

Ramblin' Man
est une reprise du clasique d'Hank Williams (figure pionnière avec Patsy Cline du coutry alternatif) c'est éblouissant, que peut-on dire de plus de ce morceau : brillant, absorbé par un Mark Lanegan au top de son art, les susurrements d'Isobel apportent un vent de fraîcheur et de nouveauté à ce morceau. (Do you wanna) Come walk with me ? est une ballade acoustique basée sur un jeu de séduction entre les deux protagonistes, l'ombre de Johnny Cash plane sur ce superbe morceau. Saturday’s Gone est un solo d'Isobel, suave et lumineux, il constitue un enchantement pour les oreilles. Un morceau à déguster tranquillement au soleil. It's Hard To Kill A Bad Thing est un instrumental : quelques percussions, une guitare, quelques cordes, c'est charmant et harmonieux. Honey Child What Can I Do? est un morceau en forme d'hommage, à peine voilé, aux fameux duo Hazlewood/Sinatra, c'est clairement le morceau le plus joyeux et ludique de cet album mais pourtant il ne dépareille pas, mieux au contraire il permet au duo de s'envoler. Dusty Wreath, le (presque) deuxième et dernier instrumental, nous replonge dans une ambiance plus sombre et mélancolique, le soupçon de voix d'Isobel y ajoute une note émouvante. Grandiose. The Circus Is Leaving Town clôt cet album sobrement mais efficacement sous la forme d'un titre country dépouillé. Il s'agit d'un solo de Mark Lanegan qui se révèle, une fois de plus, être le fils spirituel le plus convaincant de sa génération de grandes figures légendaires telles que Tom Waits, Johnny Cash ou encore Leonard Cohen.

Au final, cet album considéré comme un des meilleurs de 2006 par de nombreux critiques est vraiment un must. Pour une fois je ne peux qu'agréer, cet album est remarquable de bout en bout, sans faiblir, intense, il navigue entre pop des sixties (en plus sombre), country alternative comme je l'aime à point et références cinématographiques (Tarantino et Moricone ne sont pas loin) m'en a mis plein les oreilles avec des arrangements somptueux et élégants. A noter tout de même que la vedette c'est bien le duo de voix : Isobel Campbell qui est solaire de par sa voix éthérée et gracieuse ainsi que (et surtout ?) Mark Lanegan qui transcende l'album sans se forcer, toujours juste, il n'en fait jamais de trop (contrairement à certains de ses opus personnels). Ce duo mi-ange mi-démon est magistral.

Note Finale : 17/20








Comme suite au succès de 2006, Isobel décide d'en remettre une couche en promettant au diablement mystérieux Mark Lanegan de faire tout le boulot en contrepartie de sa contribution vocale et charismatique. Beaucoup de critiques, récemment, ont jugé cet album excellent à l'image du premier mais il paraitraît que la surprise ne serait plus au goût du jour... ce qu'ils sont difficiles et enquiquineurs, c'est bien pourquoi les critiques, de manière générale, me chauffent les oreilles : une fois l'effet mode passé : il jettent un coup d'oreille distrait au second opus en décidant que ce dernier n'apporte rien de plus à la collaboration originale sans aucune forme de recul.

Et bien je vais vous dire mon avis : c'est des conneries : de 1. Ce duo méritait largement une suite musicale et de 2. cet opus est encore davantage à leur image : ils se départent du duo Hazlewood/Sinatra pour en créer "vrai" pourvu de leur propre identité musicale davantage axée sur le blues et le folk/country... et au final cela sonne aussi bien et joussif, en clair ce duo a trouvé la parfaite alchimie.

Seafaring Song débute en douceur ce nouvel opus, entre blues et folk, cette chanson touche à la perfection, Mark tient la dragée (tel est le rôle qu'Isobel lui a assigné) et Isobel le suit avec une pointe de délicatesse, de nouveau les arrangements des instruments à corde sont à tomber. The Raven est un morceau blues/country qui met en évidence la voix et l'interprétation sombre et rugueuse de Mark Lanegan, éblouissant. Un morceau atmosphérique incontournable. Salvation s'avère plus dépouillé, ce morceau guitare/voix/choeurs en retrait d'Isobel fait penser au blues des plus grands... Who Built The Road est un des meilleurs titres de l'opus, très accrocheur, le duo fonctionne mieux que jamais à armes égales, il fait légèrement penser au duo Nick Cave/Kylie Minogue ici en moins dramatique ou surfait au choix.

Come On Over (Turn Me On) comporte quelques notes musicales du classique Feeling Good de Nina Simone : la température monte, la sensualité est à son firmament, sublime. Soulful et érotique, il est à écouter de ce pas. Black Burner est, selon moi, le chef d'oeuvre de cet album, un titre blues/country ténébreux, sombre et inquiétant Mark Lanegan nous envoûte, nous hypnotise tel un shaman, la grande classe ! A noter le travail d'Isobel sur ce morceau "derrière le rideau" est exceptionnel. Flame That Burns : cette piste bluesy entraînante est un autre morceau de bravoure : le duo fonctionne plus que jamais : Mark avec son timbre de voix rocailleux et Isobel avec sa voix éthérée apporte un vent de fraîcheur et de douceur féminine à ce blues très masculin.

L'excellente surprise plutôt inattendue de cet album est le morceau Shotgun Blues : un son un peu sale, quelques accords de guitare désaccordés, des craquements façon vynil et simplement la voix presque évanescente d'Isobel qui est capable de s'approprier voire de transcender un morceau de blues. Keep Me In Mind Sweetheart est un morceau plus simple, moins arrangé : en se montrant plus lumineux, ce titre folk/country n'en est pas moins indispensable sur cette galette, une très belle berçeuse. Something To Believe est un morceau solo de Mark Lanegan avec les choeurs d'Isobel, on reste dans la douceur, rien de sombre à l'horizon , le résultat est tout simplement superbe et hypnotique. Trouble, dans la droite lignée des deux derniers morceaux, est une autre tuerie qui carbure à la douceur et à la simplicité. A savourer. Le dernier morceau Sally Don't You Cry nous offre un solo de Mark Lanegan plus majestueux que jamais, il arrive une fois de plus à condenser le meilleur des interprètes de blues, sans oublier les jolis arrangements élégants. C'est beaucoup trop court, zut je repasse l'album !

Que dire pour boucler la boucle ? Et bien je pense que cet album se révèle au moins aussi réussi que le premier déjà sublime. L'entièreté des titres sont excellents, aucun ne dépareille, cela sonne davantage qu'un hommage à Johnny Cash, au duo mythique Hazlewood/Sinatra ou encore à Tom Waits. Cette galette si elle s'inspire évidemment de toutes ces figures de proue musicales n'en possède pas moins sa propre identité, celle de ses concepteurs : une Isobel qui est peut être légèrement plus en retrait sur cet album d'un point de vue vocal mais demeure plus que jamais au commande de l'opus et obtient de Mark ce qu'elle veut de lui : un artiste habité, un bonhomme intouchable, un bluesman torturé dans l'âme mais qui arrive toujours à surpendre d'ingéniosité sur les morceaux moins sombres en se la jouant crooner flamboyant. Cet opus crépusculaire vous suivra, vous hantera quel que soit le temps : ensoilellé ou pluvieux, il est prévu de fonctionner avec la même intensité : c'est magique. Pas besoin de signaler que cet opus est certainement l'un des must have de 2008.

PS : Merci à Raph et son blog musical PepperSounds qui m'a inspiré ce post.


Note Finale : 17/20

8 commentaires:

Mathieu a dit…

Pas très accessible la carrière solo de Mark Lanegan ? Mais si mais si!
Un peu inégale certes, trois albums un peu brouillons pour commencer dont le meilleur est Whiskey for The Holy Ghost en 1993. Puis l'album indispensable de Lanegan en 1999, I'll Take Care of You, un disque de reprises, superbe.
Field Songs et Bubblegum comportent eux de très bonnes choses.
Si vous voulez un aperçu en musique de l'oeuvre solo de Lanegan, vous pouvez écouter un mix de 50 minutes (Creeping Coastline of Lights Mix) ici :
myspace.com/spadeesam

dubleudansmesnuages a dit…

et voilà que la fille surdoué vient encore de me dépasser ...
super ton poste. Je pense pareil. Et tant pis pour ma semaine en musiques. Tu dis déjà tout.

saab a dit…

@ Mathieu :
j'ai déjà un peu survoler sa carrière et il existe des albums d'ailleurs ceux que tu cites que je veux me procurer et j'ai trouvé un projet sur lequel il a collaboré l'année dernière Soulsavers un group un peut trip-hop un fourre-tout musical qui est vraiment pas mal.

@ Armando:
Merci du compliment mais tu dois absolument en parler dans ta semaine musicale, pas besoin de me citer bien sur, on ne fait jamais assez de pub pour un cd pareil !

My Head is a Jukebox a dit…

Hello Miss,

J'ai écouté un peu et je dois dire que j'ai trouvé cela assez envoutant. Sans les contingences matérielles liées à la gestion de ma carte bleue, j'aurai probablement déjà acheté ce disque ! En tout cas, c'est assez intriguant de les voir tous les deux et interessant de voir l'évolution de Lanegan, on est quand même à mille lieux du grunge des débuts...
@+
Régis.
PS : et je confirme Baby Charles c'est de la bombe !

Nagagate a dit…

Je suis désolé de ne pas lire ton post, il est tard et je suis creuvé. Simplement je trouve leurs pochettes de disque très années soixantes (en tout cas avec un air rétro)

Bye!

promis la prochaine fois je passe plus tôt et je prend plus de temps pour te lire...

Raph a dit…

... coucou.. ben dis donc... bien ton article et merci à toi pour le lien et les commentaires chez moi...

Benjamin F a dit…

J'aurais tendance à le trouver au contraire légèrement moins bien que le premier, mais bon ça reste une pépite ;)

Benjamin
www.playlistsociety.fr

Humble Bumble a dit…

je suis ébahi par la longueur de tes posts... ça me prendrait des heures de faire quelque chose d'aussi complet! très bien cette note en tout cas, j'ai beau connaître par coeur ces deux albums, j'ai l'impression de redécouvrir certaines chansons à te lire...

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails